14° dimanche Ordinaire : mon prochain

Sarmad Najeeb Homélie du frère Sarmad Najeeb

Le prochain !

Qui est mon prochain ?

Et de qui suis-je le prochain ?

C’est pour moi une question d’autant plus délicate que ma tradition Irakienne dit « moi avec mon frère contre mon cousin, et moi avec mon cousin contre l’étranger… ».

Mon prochain est donc tout d’abord mon frère, membre de la famille, puis mon cousin, puis mon voisin et puis mon compatriote etc.

Jésus change cette logique !

Le docteur de la loi demande qui est son prochain ?

Jésus raconte qu’un homme est laissé à moitié mort sur un chemin par des bandits. Un prêtre et un lévite passent chacun à leur tour sans rien faire. Mais un autre homme, un étranger, un Samaritain voit la victime, soigne ses blessures et le sauve.

Je vous invite à bien relire la suite et la question posée par Jésus.

« Lequel des trois a été le prochain de l’homme tombé aux mains des bandits ? »

Jésus reverse la question montrant que le prochain devient celui qui aide et non celui qui est dans le besoin.

Ce n’est ni le prêtre, ni le lévite, ni même le samaritain qui choisissent leur prochain. C’est la victime qui fait du samaritain son prochain.

Le docteur répond : le prochain est celui qui a fait preuve de pitié.

Et Jésus lui dit : va et toi aussi fais de même.

 

Avant même le début des matchs du l’Euro, les média ont filmé tout ce qui peut attirer l’attention des téléspectateurs.

Et moi j’ai été attiré par une vidéo sur internet montrant des supporteurs à Lille en train de lancer des pièces de monnaie, à des enfants roms qui se jettent à terre pour ramasser ces pièces.

C’est triste, quelle humiliation ! La vidéo ne se termine pas là.

Une femme sort de la foule. Elle n’est pas la seule spectatrice de cela. Mais elle est la seule à oser invectiver les supporteurs buvant leur bière, en riant et se moquant de ces enfants roms. Puis cette femme continue son chemin. Et la vidéo s’arrête.

Je m’interroge devant cela. Sans doute ces supporteurs ont mérités d’être remis à leur place, sans doute cette femme a été bien courageuse de vouloir mettre fin à l’humiliation des enfants !

Pour ces enfants qui était leur prochain ? Les supporteurs leur jetant de l’argent et en se moquant d’eux ? Ou bien la femme qui veut rendre leur dignité ?

Dans la parabole le Samaritain va plus loin avec l’homme blessé. A l’auberge, il demande de continuer à soigner l’homme blessé après son départ et il paiera pour cela.

A travers la parabole, Jésus invite à aller plus loin que les premiers secours et à devenir de façon durable et miséricordieuse le prochain de ceux qui nous entourent.

 

Le monde a besoin de Samaritains, ouvriers de paix, de justice et d’attention aux délaissés.

L’Eglise a besoin des Samaritains, qui vivent la miséricorde et osent s’arrêter au bord de chemin auprès des oubliés, puis les accompagne vers leur dignité retrouvée.

Jésus nous demande d’être Samaritain, et de devenir le prochain.

Va et toi aussi fais de même.