12° Dimanche ordinaire : réconfort

Denis Cerba Homélie du frère Denis Cerba, o.p.

Le message que nous adresse ce matin saint Matthieu est foncièrement un message de réconfort, de réconfort au milieu de l’adversité, de réconfort spécifiquement devant l’adversité que peut susciter le message du Christ : « Rien de voilé qui ne sera révélé, rien de caché qui ne sera connu », ce qui veut dire : en définitive, le message du Christ sera annoncé et triomphera ! Donc : « Ne craignez rien ! Proclamez mon message au grand jour, proclamez-le sur les toits ! ».

Ce que dit saint Matthieu est évidemment à replacer dans son contexte et dans celui de la communauté à laquelle il s’adresse : une communauté judéo-chrétienne naissante, en butte à la résistance plus ou moins violente — et parfois assez violente effectivement, semble-t-il, selon les historiens — de tous ceux à qui le message du Christ a fait peur à son époque, notamment à cause de certaines innovations et avancées décisives dont il était porteur : par exemple l’accent mis sur l’amour et la miséricorde plutôt que sur l’observation des règlements et des rubriques (on se rappelle l’épisode de la femme adultère ou les attaques de Jésus contre l’hypocrisie des pharisiens), ou bien l’ouverture universaliste à tout homme de bonne volonté plutôt que le repli et l’enfermement sur un petit groupe d’élus, ouverture dont l’apôtre Paul sera le porte-parole le plus éloquent. Face à toutes ces résistances, le Christ nous appelle fondamentalement à voir plus loin que le bout de notre nez et à aller résolument de l’avant !

Continuer la lecture

Ordinations dominicaines à Lille !

Joie, joie, joie ! Ce sera le dimanche 2 juillet à 15h.

Seront ordonnés prêtres, les frères Jacques-Benoît Rauscher, Olivier Catel, Pierre-André Mauduit, Emmanuel Dumont et Jean-Baptiste Régis.
Seront ordonnés diacres les frères Charles Desjobert et Grégoire Laurent-Huyghues-Beaufond.

  

Dimanche du Corps du Christ : Reconnaissance

Homélie du fr. Thierry Hubert, o.p.

Lundi dernier, je rencontrais pour la dernière fois un couple de fiancés avant la messe de leur mariage et, comme séance récapitulative, nous avons partagé à partir de la bénédiction nuptiale. S’il vous arrive d’assister à des messes de mariage, il ne vous aura pas échapper que la dite bénédiction est placée à la fin de la prière eucharistique, juste après le Notre Père. Comme une façon de signifier que les deux sacrements, du mariage et de l’eucharistie, s’éclairent et se comprennent mutuellement. Il est tous les deux questions de corps qui se donnent par Amour. « Ceci est mon corps, livré pour toi. Prends-le ». Deux sacrements, où l’on célèbre l’amour qui s’offre, entièrement, au risque de perdre.

Continuer la lecture

Solennité de la Trinité : Dieu a tellement aimé

Homélie du frère Dominique Thành Lượng NGUYỄN 

Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique

Qu’est-ce que le monde ?

Le monde ou tout le monde, c’est toi, moi, vous, nous…

Le monde, selon saint Jean, a au moins 3 sens :
Le monde que Dieu a créé est bon, comme tout l’univers
Le monde comme symbole de ce qui est contre Dieu.
Le monde que nous sommes, que Dieu en Jésus Christ veut sauver, et que Dieu l’Esprit Saint veut purifier !

Nous sommes nés dans le monde ; nous sommes, plus d’une fois dans notre vie, contre Dieu, et nous n’avons pas souvent envie d’etre sauvés ! Malgré tout cela, Dieu aime, aime, aime. Je me permet de vous en parler

Qu’est-ce que l’amour ?

Je suis venu à Lille le 11 novembre 2016, ça fait juste 7 mois ! Pour me faire parler le français, le père prieur m’envoie à l’école, au cours de français pour les étrangers.

Continuer la lecture

Pentecôte 2017 : Par l’entremise de l’Esprit

Denis Cerba Homélie du frère Denis Cerba, op

Vous avez compris, à la lecture de ces quelques lignes de l’Évangile de Jean, que saint Jean a une manière bien à lui de raconter l’événement de la Pentecôte. En principe, la Pentecôte a lieu 50 jours après Pâques : c’est même ce que signifie tout bêtement le mot Pentecôte — « cinquantième jour » — et c’est ce que raconte saint Luc dans ce récit du deuxième chapitre des Actes qu’on a entendu tout à l’heure : « Le cinquantième jour arrivé, ils se trouvaient tous ensemble dans un même lieu, quand tout à coup, etc. ». D’autre part, entre Pâques et la Pentecôte, il y a encore l’Ascension, le départ du Christ. C’est bien comme cela qu’on célèbre tous les ans le temps pascal : Pâques, et puis 40 jours après Pâques : l’Ascension, et puis 10 jours après l’Ascension et 50 jours après Pâques : la Pentecôte.

Continuer la lecture