DIMANCHE DES RAMEAUX

Homélie du frère Benoît Ente

brève homélie après la lecture de l’entrée à Jérusalem

Chers frères et sœurs,
la Semaine sainte commence dans la joie. Avant la tristesse de la trahison, de la lâcheté et finalement de la mort, il y a… la joie. Une joie impossible à baillonner. Même si l’on essayait, les pierres crieraient de joie. La joie est là au début de cette Semaine sainte pour nous rappeler qu’elle en est la finalité. Car la Passion de Jésus est en fait un passage vers la joie de la Résurrection. Ne perdons pas ce but de vue.
Jésus entre à Jérusalem comme on pénètre dans la gueule du loup. Il s’avance au-devant des hommes de pouvoir qui veulent sa mort. Il prend même les devant ; il met en scène son entrée à Jérusalem. Il fait chercher un âne. L’âne est un signe envoyé à ceux qui connaissent la Bible qu’il est bien le Messie, le roi attendu. L’âne est aussi un signe pour dire quel type de Messie il est. Désarmé, avec pour seul pouvoir son amour brûlant comme le feu.
Frères et sœurs, la joie de la résurrection se fait déjà entendre dans nos chants. Avançons libres et heureux pour suivre notre Seigneur et vivre avec lui sa Passion et sa résurrection.

 

Continuer la lecture