21° Dimanche Ordinaire : Donner ses clefs

Homélie du frère Benoît Ente, op

Cet été, peut-être êtes-vous allés au cinéma avec vos enfants ou petits enfants ? Pour voir un film d’aventures. De mon côté, je suis allé voir Valérian et je n’ai pas été déçu du voyage. Une imagination débordante traduite en images époustouflantes qui vous emmènent dans la cité des mille planètes. Pourtant, même le scénario le plus travaillé manquera d’imagination face aux chemins impénétrables du Seigneur. Quand Dieu visite une vie, elle devient une aventure imprévisible. Et il n’y a pas besoin de parcourir les mille planètes pour cela. Le Dieu vivant s’amuse à faire tomber l’une après l’autre nos certitudes, nos projets trop étroits, pour qu’à la fin, il ne reste plus que Lui, plus que l’autre, sa présence, ses pensées, sa mission, son amour.

Pierre s’engage

A Césarée-de-Philippe, l’apôtre Pierre n’a encore aucune idée de ce qui va arriver à Jésus et encore moins à lui qui était il y a peu, un pêcheur du lac de Galilée. Pierre suit Jésus au jour le jour. Et il rêve, Pierre, de grandeurs trop terrestres. Des rêves qui l’empêchent de comprendre pleinement la pensée de son Seigneur.  Malgré cela, dans un moment de lucidité, Pierre reconnaît et confesse que Jésus est l’élu de Dieu, le messie attendu depuis des siècles par son peuple.

Par cette parole, Pierre s’engage librement vers l’inconnu. En reconnaissant que Jésus est le Fils de Dieu, Pierre donne à Jésus une place. Et c’est cette place de Jésus dans les pensées et le cœur de Pierre qui va influencer sa vie et lui donner une orientation surprenante.

La confiance de Jésus

A la confiance de Pierre en Jésus répond une autre confiance, celle de Jésus en Pierre. Je te donnerai les clés du royaume des Cieux.  Les clés, nous connaissons bien dans nos villes et nos pays. Tous nous avons des trousseaux de clés plein les poches. Donner sa clé à quelqu’un d’autre, c’est lui faire une très grande confiance. C’est croire que cette personne ne va pas nous voler, nous trahir et même c’est accepter que cette personne entre dans notre maison et voit notre intérieur pas toujours parfaitement rangé, nettoyé ou aménagé. C’est croire qu’elle ne nous rejettera pas, même si elle nous voit en vérité.

Jésus sait que Pierre va le renier. Il sait que Pierre fantasme sur ce que signifie être le messie. Et malgré tout, Jésus va donner à Pierre les clés du Royaume. Jésus lui fait confiance non parce qu’il est un homme accompli, mais parce que Pierre accepte librement de se laisser travailler par l’Esprit. Pierre accepte de s’exposer à la présence de Jésus. Il accepte de se laisser consoler par la parole de Jésus. Pierre est comme l’argile qui se laisse toucher par les mains du potier et le tour de la vie modèle en lui le disciple puis l’apôtre.

Se laisser travailler par l’Esprit

Pierre accepte de se laisser travailler par l’Esprit. Et Jésus a vu la docilité, la bonne volonté de son disciple. Il a vu l’Esprit du Père à l’œuvre en Pierre. Jésus sait que son disciple va grandir en sagesse. C’est pour cela qu’il lui fait confiance. L’Esprit du Père va peu à peu modeler Pierre à l’image du Fils. D’ailleurs, bien plus tard, Pierre va agir comme Jésus. Comme Jésus, il sera capable de voir l’Esprit de Dieu à l’œuvre dans le cœur d’autres hommes. Des étrangers : les païens. Et tout comme Jésus a fait pour lui, Pierre fera pareil pour les païens. Il leur fera confiance. Il les accueillera dans la communauté des disciples en leur donnant le baptême.

Dès l’instant où Pierre se laisse travailler par l’Esprit de Dieu, alors la pensée du Seigneur qui semblait impénétrable lui devient accessible. L’Esprit du Père le fait entrer dans les pensées de son Fils Jésus. Ce n’est plus lui qui agit mais c’est Jésus qui agit en lui. A travers les mains et la vie de Pierre, c’est Jésus lui-même qui construit SON Eglise. Tu es Pierre et sur cette pierre JE bâtirai MON Eglise.

Frères et sœurs, aujourd’hui le disciple, c’est vous c’est moi. Pour vous qui suis-je ? nous demande Jésus. Sa simple question est déjà une marque de confiance. Il nous croit capables de répondre. Sentez-vous dans cette question son grand désir de toucher nos vies ? Il veut nous mettre en quête de son amour. Une quête qui prendra des chemins encore plus étonnants que ceux de Valérian et Laureline, une route vers l’impénétrable, vers l’insondable. Frères et sœurs avec Pierre laissons nous travailler par l’Esprit afin qu’aujourd’hui encore, à travers nos mains et nos pensées, à travers nos vies, à travers cette Eucharistie, Jésus continue à bâtir son Eglise pour notre plus grand bonheur.