2°dimanche de l’Avent : Jean-Baptiste avant Jésus

IMG_0883 Homélie du fr. Emmanuel Mbolihinihe

L’image que saint Matthieu retrace de Jean-Baptiste, dans l’extrait de l’Évangile de ce jour, est celle d’un authentique envoyé de Dieu : un homme humble, sobre, austère et franc.

Jean-Baptiste fut le dernier de tous les prophètes de l’Ancien Testament ; il fut le précurseur du Christ.

Jean Baptiste a exercé son ministère principalement en Galilée. Sa mission consistait à exhorter ses contemporains, en particulier le peuple d’Israël, à se convertir de leurs conduites et actions mauvaises, afin de pouvoir accueillir dignement le Messie, dont la manifestation était devenue désormais très imminente.

L’évangéliste saint Matthieu nous parle également du succès de la prédication de Jean-Baptiste. Il relate comment de nombreuses foules des pénitents, issues de diverses catégories sociales d’Israël, venaient de partout pour écouter ses enseignements et se faire baptiser par lui.

Cependant, Jean-Baptiste n’a pas été un prophète pareil à ses prédécesseurs. Il n’a pas seulement annoncé la venue de Jésus, mais il l’a aussi vu; il l’a rencontré personnellement; il a dialogué avec lui ; il l’a touché ; il l’a baptisé de ses mains dans les eaux du Jourdain, et il l’a désigné aux hommes de son temps, comme étant le Messie promis par Dieu, l’unique Sauveur de l’humanité, « l’agneau de Dieu, qui enlève les péchés du monde » (Jn 1, 30. 37).

D’ailleurs, la première rencontre, toute mystérieuse, entre Jésus et Jean-Baptiste remonte au moment de la visitation.

L’évangéliste saint Luc nous rapporte, en effet, que lorsqu’ Élisabeth, la mère de Jean-Baptiste, entendit la salutation de Marie, la Mère de Jésus, l’enfant qu’elle portait en son sein (c’est-à-dire Jean-Baptiste) tressaillit de joie (Lc 1, 44).

En nous proposant l’extrait de l’Évangile de ce jour, l’Église ne nous livre pas un simple récit historique, mais elle voudrait, en ce temps de l’Avent, nous aider à mieux nous préparer à la célébration de la fête de Noël, entendue comme la commémoration de la première venue du Christ, dont Jean-Baptiste fut le héraut.

Par la même occasion, l’Église voudrait aussi nous aider à méditer, de façon plus spéciale, sur la manière dont nous devons nous préparer à accueillir le même Christ, lors de son retour à la fin des temps.

Nous sommes donc invités, à l’instar du peuple d’Israël du temps de Jean-Baptiste, à nous convertir, à renoncer à nos conduites et actions mauvaises du passé, afin qu’à son retour à la fin des temps, le Christ nous trouve prêts à l’accueillir et nous juge dignes d’entrer dans son Royaume.

Par ailleurs, nous sommes invités à devenir, à notre tour, de nouveaux « Jean-Baptiste » pour les hommes de notre temps.

En effet, de par le baptême, chacun de nous, quelque soit sa place et sa fonction au sein de l’Église, a le devoir d’aider ses contemporains à se convertir, à reconnaître Jésus-Christ comme l’unique vrai Sauveur du monde, et à conformer leur vie à son Évangile.

Que le Seigneur nous aide à accomplir fidèlement cette mission ! Amen !