SAISON 2020-2021 – En temps de confinement

Pour le bien commun et le bien de tous, conformément aux directives gouvernementales, nous nous voyons dans l’obligation de suspendre les activités du centre lesdominicains jusqu’à nouvel ordre, contraints par un second confinement qu’il nous faut traverser ensemble.   Soyez assurés que nous prenons à cœur de vous accueillir au centre lesdominicainsquand ce sera à nouveau possible.

Prenez tous soin de vous et de vos proches.    les frères dominicains   lesdominicains – 7 avenue Salomon – Lille – 03 20 14 96 96 

DANS L’ATTENTE DE NOUS RETROUVER 

Depuis le 14 septembre 2020, après un premier confinement, nous avons eu beaucoup de joie à vous retrouver  au centre lesdominicains, lors d’une conférence, d’un atelier de lecture,  d’un acte théâtral et d’une exposition consacrée à Pierre Pinsard, l’architecte du couvent des dominicains de Lille.

Ces retrouvailles du mois du septembre ont confirmés ces  liens amicaux et fraternels qui se sont sont tissés au gré des rencontres et des échanges vécus l’an dernier au centre lesdominicains.

Ce 30 octobre 2020, jour de la suspension des activités du centre lesdominicains, nous ne vous oublions pas et nous pensons à votre solitude, voire votre inquiétude, non seulement face au confinement et ses conséquences économiques et sociales, mais ausi face aux attentats qui, une nouvelle fois, endeuillent des familles, des communautés et notre pays.

Ces jours prochains, nous prendrons donc soin de vous adresser de petits messages pour vous aider à traverser ensemble ce temps de confinement.

lesdominicains

_______________________

Christ de Hans Leinberger

Vers 1525, Bode-Museum de Berlin

Selon la tradition des Mystères médiévaux, au Calvaire, avant d’être cloué sur le bois de la croix, Jésus, dépouillé de ses vêtements, éprouve de la pitié pour tous ceux qui l’entourent : sa mère, la foule et ses bourreaux.

Dans cette œuvre de Hans Leinberger, sculpteur contemporain du peintre et graveur Albrecht Durer, l’attitude du Christ préfigurerait presque celle du “Penseur” de Rodin qui,  au sommet de la “Porte des Enfers”, médite sur la condition humaine.