Archives pour l'étiquette agonie

Vendredi saint 2016 : liberté ultime

Jean-Pierre Brice Olivier Méditation du frère Jean Pierre Brice Olivier

Un homme juste subit un simulacre de procès, il est condamné à mort et crucifié. Quelques orgueilleux se sentent menacés dans leur pouvoir et veulent à tout prix faire mourir celui qui les dérange. Il s’agit d’un assassinat organisé, public et légitimé.
Un homme innocent meurt cloué à une croix entre deux autres condamnés. Nous avons raison, toujours, d’être scandalisés par la mort de l’innocent. Hélas, le cas n’est pas unique, et notre époque surpasse probablement les précédentes.
Cependant ne nous laissons pas engloutir par l’émotion.
Il y a là bien plus que la mort d’un homme, fût-il innocent. Il y a la vérité d’un don, d’un amour, la preuve d’une passion éternelle pour l’humanité. Il y a la manifestation d’un amour de toujours pour chacun de nous.
Jésus à désiré être solidaire de l’humanité jusqu’au bout, jusqu’à éprouver l’échec, l’angoisse, l’abandon, la souffrance…
Jésus vrai homme, ne pouvait l’être totalement qu’en passant par cette solitude mortelle.
C’est bien dans cette déréliction extrême que le Christ est le plus proche de nous. Là, il porte la dérision, le désespoir, tous les désespoirs, la révolte, toutes les révoltes. Là, il prend tous les meurtres, les suicides, les abandons, toutes les tortures. Là, Il porte ma propre agonie.
Cette solitude absolue du Christ sur la croix est aussi le lieu de sa liberté ultime. Tout n’était pas décidé d’avance et subi.
Saint Jean Chrysostome nous dit : Le jour où notre Seigneur Jésus-Christ est monté sur la croix est pour nous un jour de fête, car, sachez le bien, la croix est maintenant fête et célébration dans l’Esprit. Autrefois, la croix était un signe de condamnation, elle est maintenant principe de salut.
Jésus est crucifié, c’est notre accusation qui est clouée avec lui. Jésus agonise, c’est notre culpabilité qui agonise avec lui. Jésus meurt, c’est notre condamnation et notre mort qui meurent avec lui.
Saint Éphrem le Syrien nous dit aussi : Aujourd’hui s’avance la croix, la création exulte… Aujourd’hui s’avance la croix et les enfers sont ébranlés. Les mains de Jésus sont fixées par les clous, et les liens qui attachaient les morts sont déliés. Aujourd’hui, le sang qui ruisselle de la croix parvient jusqu’aux tombeaux et fait germer la vie dans les enfers.
Quels que soient nos enfers, ils sont aujourd’hui irrigués par la vie du Christ.