Archives pour l'étiquette ESprit-Saint

17° Dimanche ordinaire : Notre Père

maurice billet Homélie du frère Maurice Billet

Nous avons entendu Luc. Nous nous sommes rendu compte que le NOTRE PÈRE n’était pas complet. 5 demandes selon Luc ; 7 selon Matthieu. Bien des exégètes donnent des explications à ces différences. Ce matin, je prends le parti de réfléchir sur le texte liturgique, qui a retenu le texte de Matthieu. Pour mesurer l’importance de la prière dominicale, retenons simplement que Tertullien a défini le NOTRE PÈRE comme l’abrégé de l’Évangile. La prière du NOTRE PÈRE est l’une des premières prières enseignées à ceux qui se préparent au baptême.

La prière donnée par le Christ aux disciples commence par un adjectif possessif, au pluriel. « Notre ». Cela signifie que toute véritable prière, même la plus secrète, est incluse dans celle du Christ, et aussi dans une communauté (l’Église). Elle est un dialogue entre nous et le Vivant par excellence. Dieu a fait alliance avec les hommes et cela pour la fin des temps ; sa parole est sûre et ne change pas.

Père. Le titre de père pour parler de Dieu a été peu utilisé dans l’A.T. c’est surtout Jésus qui a utilisé ce titre, et même par un diminutif, Abba, papa.

Continuer la lecture

Pentecôte 2016 : la jeunesse de nos vies

Jean-Pierre Mérimée Homélie du frère Jean-Pierre Mérimée

Lundi dernier, comme tous les lundis, je déjeunais à la Maison du 60 avec Henri, que j’appelle affectueusement le clochard céleste. Il a 86 ans, dort dans la paille d’une grange au terminus du métro de Villeneuve d’Ascq, est vêtu d’un accoutrement de SDF façon Marx brothers et ne boit que du lait. Encore bon pied bon œil, il n’a aucun papier, est en dehors de tout circuit d’argent ; Il a acquis une grande sagesse à l’école de la rue.

Je lui ai demandé ce que sa déjà longue vie lui avait apporté comme enseignement : « Que la vieillesse, c’est moche : on n’a plus le goût de rien, on n’a plus le désir de rien. » m’a-t-il répondu.

J’ai alors compris d’un coup ce que devait être l’Esprit Saint : l’Esprit Saint, c’est comme l’inverse de la vieillesse selon la définition d’Henri, l’Esprit Saint c’est la jeunesse de nos vies, c’est ce goût toujours neuf de Dieu et des autres, c’est ce désir que rien n’émousse de mordre dans le fruit des Evangiles, de le savourer, de ne pas garder pour soi seul ce bonheur mais de le partager largement.

Continuer la lecture