Archives pour l'étiquette Esprit

4° dimanche ordinaire : un capharnaüm !

maurice billet Homélie du frère Maurice Billet, op

L’évangile de ce jour se situe au début de l’évangile selon Marc. Il nous relate la première intervention publique de Jésus dans une synagogue. Celle-ci se trouve en Galilée, région frontalière au nord de la Palestine, lieu de rencontres et de mélanges de populations diverses. Et plus précisément à Capharnaüm. Cette ville avait une telle réputation de désordre que son nom est passé dans la langue française. En effet, un capharnaüm, selon le dictionnaire, signifie un lieu de fouillis, de pêle-mêle, de bazar. Jésus a donc choisi d’inaugurer sa vie publique dans un lieu cosmopolite où vivaient des hommes de toutes conditions et de toutes mœurs, des intègres, mais aussi des corrompus.

Dans la synagogue, Jésus enseigne. L’auditoire est surpris par l’autorité avec laquelle son enseignement est donné. Question : qu’est-ce que Jésus enseigne ? Marc ne le dit pas ; mais nous pouvons le deviner, si nous nous souvenons de l’évangile de dimanche dernier. Il nous était dit que la prédication de Jésus était d’annoncer : « Que les temps sont accomplis ; que le règne de Dieu est tout proche. Et donc qu’il est nécessaire de se convertir et de croire à l’évangile. »

Continuer la lecture

21° Dimanche Ordinaire : Donner ses clefs

Homélie du frère Benoît Ente, op

Cet été, peut-être êtes-vous allés au cinéma avec vos enfants ou petits enfants ? Pour voir un film d’aventures. De mon côté, je suis allé voir Valérian et je n’ai pas été déçu du voyage. Une imagination débordante traduite en images époustouflantes qui vous emmènent dans la cité des mille planètes. Pourtant, même le scénario le plus travaillé manquera d’imagination face aux chemins impénétrables du Seigneur. Quand Dieu visite une vie, elle devient une aventure imprévisible. Et il n’y a pas besoin de parcourir les mille planètes pour cela. Le Dieu vivant s’amuse à faire tomber l’une après l’autre nos certitudes, nos projets trop étroits, pour qu’à la fin, il ne reste plus que Lui, plus que l’autre, sa présence, ses pensées, sa mission, son amour.

Pierre s’engage

A Césarée-de-Philippe, l’apôtre Pierre n’a encore aucune idée de ce qui va arriver à Jésus et encore moins à lui qui était il y a peu, un pêcheur du lac de Galilée. Pierre suit Jésus au jour le jour. Et il rêve, Pierre, de grandeurs trop terrestres. Des rêves qui l’empêchent de comprendre pleinement la pensée de son Seigneur.  Malgré cela, dans un moment de lucidité, Pierre reconnaît et confesse que Jésus est l’élu de Dieu, le messie attendu depuis des siècles par son peuple.

Par cette parole, Pierre s’engage librement vers l’inconnu. En reconnaissant que Jésus est le Fils de Dieu, Pierre donne à Jésus une place. Et c’est cette place de Jésus dans les pensées et le cœur de Pierre qui va influencer sa vie et lui donner une orientation surprenante.

Continuer la lecture