Archives pour l'étiquette serviteur

27° dimanche ordinaire : devoir conjugal ou passion amoureuse

jpbo Homélie du frère Jean-Pierre Brice Olivier

Nous sommes des serviteurs inutiles : nous n’avons fait que notre devoir.

Telle est l’ambition et la satisfaction de nombreux chrétiens, et aussi la culpabilité de beaucoup d’autres…Serviteurs inutiles, nous n’avons fait que notre devoir. Quelle tristesse, mon Dieu !
Jésus s’adresse aux disciples qui lui demandent quelque chose d’impossible : augmenter leur foi.
Que devrait-il encore ajouter à sa parole, à sa présence, à ses miracles, à sa chair ?  Quel signe doit-il accomplir pour les convaincre, les persuader de croire en lui ?
La foi en quelqu’un est totale, accomplie, ou elle n’est pas. Croire un autre, lui faire confiance, réclame de nous toute notre adhésion, sans réserve, sans défiance.
Ainsi, Jésus se moque des apôtres en leur indiquant que s’ils avaient la foi de la taille d’une graine de moutarde, ils pourraient ordonner à un arbre d’aller se planter dans la mer. Acte bien utile !

Continuer la lecture

19° dimanche Ordinaire : Entre vigilance et attentisme

Denis Cerba Homélie du frère Denis Cerba

Le Christ aujourd’hui nous enseigne sur le thème : comment rester vigilant en son absence ? Je pense qu’il y a deux grandes directions, deux grandes indications, dans ce qu’il nous dit.

La première, c’est de ne pas confondre vigilance et attentisme. L’attentisme attend, la vigilance agit. Le vigilant que le Christ espère retrouver à son retour, ce n’est pas le paresseux qui se contente d’attendre — voire qui en profite pour se laisser aller : celui qui se dit que « le maître tarde à venir » et qui se met à « frapper les serviteurs et les servantes, à manger, à boire et à s’enivrer »… Non : le modèle que le Christ a en tête, c’est plutôt celui de l’intendant fidèle et avisé, et surtout de celui qu’il « trouvera occupé » à son retour : occupé à « donner à chacun sa ration de blé », occupé à servir — occupé à faire exactement ce que le Christ ferait s’il était là ! La fidélité au Christ se trouve dans l’autonomie, la liberté, la prise d’initiative, parce qu’au fond le Christ, quand il reviendra, n’a aucune envie de retrouver de simples serviteurs, mais plutôt des égaux, des frères, des amis. Ceux qu’il trouvera vigilants à son retour (c’est-à-dire ceux qu’il trouvera la lampe allumée et la ceinture aux reins, occupés à travailler et à servir), à son tour « il se ceindra, les fera mettre à table et, passant de l’un à l’autre, il les servira » : c’est une façon simple mais frappante de dire que le Christ ne reviendra pas chercher de simples serviteurs, mais des gens qu’il pourra définitivement introduire au rang d’amis dans le service mutuel, et pour une œuvre profondément commune.

Continuer la lecture

Jeudi Saint 2016 : Si nos pieds sont sales ou fatigués

bissuel

Homélie du frère Denis Bissuel, prieur

La situation est inquiétante, une odeur flotte, de violence et de mort. Dehors les grands prêtres et les scribes cherchent comment arrêter Jésus par ruse pour le tuer ; dedans un de ses disciples, qui mange avec lui, s’apprête à le trahir, un autre va bientôt le renier. L’ambiance est lourde, menaçante, et délétère et Jésus va cependant son chemin. Il aime et aimera les siens jusqu’au bout, plus rien ne pourra désormais l’arrêter.

Si nous ne savons pas très bien ce qu’aimer veut dire, il suffit de suivre Jésus, de le suivre nous aussi jusqu’au bout, quoiqu’il arrive.

Aimer, ce n’est pas un simple mot que nous pourrions utiliser et rabâcher parce qu’il sonne bien à nos oreilles, c’est un acte, cette réalité dont Jésus nous parle et dont il nous révèle la portée et le secret en entrant pleinement dans sa Passion.

Continuer la lecture