Archives pour l'étiquette vin

Dimanche du Saint-Sacrement : table commune

Benoît Ente  Homélie du frère Benoît Ente

Chers frères et sœurs, qui parmi vous a déjà préparé ce qu’il allait manger ce midi ? Eh oui, souvent, la bonne cuisine, cela se prépare à l’avance. Parfois, il faut commencer la veille et parfois même encore avant. Notre Père céleste, lui, pour préparer notre repas s’y est pris plusieurs milliers d’années en avance. C’est dire la qualité de la cuisine qu’il nous sert. Déjà au temps d’Abraham, Melkisédek fait apporter du pain et du vin. C’est à la fois un  signe et une préparation du repas que nous sommes en train de partager aujourd’hui, le repas de l’Eucharistie. Le pain et le vin qui compose notre repas ont été choisis par Jésus pour en faire son corps et son sang.

Continuer la lecture

Cana : Le manque

Noces de CanaHomélie du frère Jean-Pierre Brice Olivier le dimanche 17 janvier 2016 sur Isaïe 62,1-5 ; 1 Corinthiens 12,4-11 ; Jean 2,1-11.

Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit.

Le premier signe public donné par Jésus a lieu au cours d’un repas de noces et nous savons l’importance que revêt dans l’écriture le festin des noces.

La mère de Jésus était invitée, et Jésus aussi, avec ses disciples, les amis des amis…

Jésus est l’hôte invité, et il va devenir l’hôte qui reçoit, généreusement.

Dans la langue française, le terme d’hôte signifie à la fois celui qui donne l’hospitalité et celui qui est reçu. Le même mot désigne ensemble, l’hôtelier et le convive, le commensal et l’amphitryon.

Beau concept qui nous place à égalité de réception : celui qui accueille bénéficie de la visitation de l’autre, qui lui même donne par sa présence autant qu’il reçoit.

En effet, dans une rencontre, toutes les personnes sont des hôtes. Aucune différence ni redevance.

Magnifique échange, où il n’y a ni accueillant ni accueilli, ni riche ni pauvre, ni donateur ni quêteur, mais des personnes en présence qui se donnent, toutes bénéficiaires.

Continuer la lecture