Evénements

SAISON 2020-2021 – En temps de confinement

Pour le bien commun et le bien de tous, conformément aux directives gouvernementales, nous nous voyons dans l’obligation de suspendre les activités du centre lesdominicains jusqu’à nouvel ordre, contraints par un second confinement qu’il nous faut traverser ensemble.   Soyez assurés que nous prenons à cœur de vous accueillir au centre lesdominicainsquand ce sera à nouveau possible.

Prenez tous soin de vous et de vos proches.    les frères dominicains   lesdominicains – 7 avenue Salomon – Lille – 03 20 14 96 96 

DANS L’ATTENTE DE NOUS RETROUVER 

Depuis le 14 septembre 2020, après un premier confinement, nous avons eu beaucoup de joie à vous retrouver  au centre lesdominicains, lors d’une conférence, d’un atelier de lecture,  d’un acte théâtral et d’une exposition consacrée à Pierre Pinsard, l’architecte du couvent des dominicains de Lille.

Ces retrouvailles du mois du septembre ont confirmés ces  liens amicaux et fraternels qui se sont sont tissés au gré des rencontres et des échanges vécus l’an dernier au centre lesdominicains.

Ce 30 octobre 2020, jour de la suspension des activités du centre lesdominicains, nous ne vous oublions pas et nous pensons à votre solitude, voire votre inquiétude, non seulement face au confinement et ses conséquences économiques et sociales, mais ausi face aux attentats qui, une nouvelle fois, endeuillent des familles, des communautés et notre pays.

Ces jours prochains, nous prendrons donc soin de vous adresser de petits messages pour vous aider à traverser ensemble ce temps de confinement.

lesdominicains

_______________________

Christ de Hans Leinberger

Vers 1525, Bode-Museum de Berlin

Selon la tradition des Mystères médiévaux, au Calvaire, avant d’être cloué sur le bois de la croix, Jésus, dépouillé de ses vêtements, éprouve de la pitié pour tous ceux qui l’entourent : sa mère, la foule et ses bourreaux.

Dans cette œuvre de Hans Leinberger, sculpteur contemporain du peintre et graveur Albrecht Durer, l’attitude du Christ préfigurerait presque celle du “Penseur” de Rodin qui,  au sommet de la “Porte des Enfers”, médite sur la condition humaine.

Prier, ça s’apprend !

En lien avec l’institut carmélitain Notre-Dame de Vie, nous accueillons une école d’oraison ouverte à tous !

5 mercredis du 18 novembre au 16 décembre
De 19h à 20h30 (horaires spécial couvre-feu)
Informations et inscription : oraison.lille@gmail.com

SAISON 2020-2021- semaine du 14 au 20 septembre 2020

En ce temps de crise sanitaire qui perdure, dans une société post-moderne fragilisée où tout un chacun tente de se frayer un chemin à travers un marécage d’incertitudes, le centre culturel lesdominicains vous offre avec ses modestes moyens un lieu de rencontre et d’échange afin de susciter entre nous des liens d’humanité, d’engagement et d’amitié qui, face à l’adversité, révèlent un dessein créateur, garant d’un monde qu’il nous faut réinventer.

Dans le cadre des mesures sanitaires, afin d’accueillir le plus grand nombre, les conférences auront lieu dans l’église du couvent des dominicains, sauf les conférences d’histoire de l’art.

lesdominicains- 7 avenue Salomon – Lille – 03 20 14 96 96 

CONFÉRENCE L’art de Raffaelo Sanzio : des Stanze du Vatican aux Arrazi de la Chapelle Sixtine 

Génie de la Renaissance, le peintre Raphaël (1483-1520), dont on célèbre en 2020 le cinquième centenaire de sa mort, entretient des liens privilégiés avec les Flandres. Entre 1515 et 1521, Raphaël il fait tisser les Arrazi de la chapelle Sixtine dans l’atelier de Pieter van Aelst à Bruxelles.

fr. Rémy VALLEJO Historien de l’Art

Lundi 14 sept. 2020 à 20h30 
lesdominicains – entrée libre 
Attention 30 places maximum ! N’hésitez pas à vous inscrire

_______________________

ATELIER BIBLIQUEL’Évangile selon saint Matthieu

L’Évangile selon saint Matthieu est le tout premier livre du Nouveau Testament, alors que l’historiographie moderne le définit comme ultérieur aux  Épître de Paul (écrites entre 50 et 65) et à l’Evangile selon saint Marc (écrit vers 65-75).

fr. Emmanuel DUMONT Couvent des dominicains de Lille
Vendredi 18 sept. 2020 à 10h00 
lesdominicains – entrée libre

_______________________

EXPOSITION DANS LE CADRE DE LILLE CAPITALE MONDIALE DU DESIGN

Le titre de World Design Capital© est décerné tous les deux ans en signe de reconnaissance de l’utilisation novatrice du design par une ville dans le but de renforcer son développement économique, social, culturel et environnemental.

Pierre Pinsard (1906-1988) architectures sacrée et profane

Construit entre 1955 et 1965, par Pierre Pinsard (1906-1988), avec la collaboration de Neil Hutchison  (1924-2008) et de Hugo Volmar (né en 1936) ainsi que de Gérard Lardeur (1931-2002), meublé par Marcel Gascoin (1907-1986) et Serge Mouille (1922-1988), le couvent des dominicains de Lille est un manifeste du brutalisme et du design des années 60.

Du 18 sept. au 6 déc. 2020 du mercredi au dimanche de 14h à 18h
lesdominicains – entrée libre

_______________________

CONFÉRENCE DANS LE CADRE DU CYCLE “FIN D’UN MONDE OU MONDE NOUVEAU ?”

Au XXIe siècle, en ces temps de fin d’un monde, ou d’avènement d’un monde nouveau, la parole de saint Augustin est plus que jamais d’actualité : « le monde naît, vieillit et meurt, mais n’est-ce donc rien que dans la vieillesse du monde, Dieu vient te renouveler toi-même quand tout se défait ? »

Affronter le monde nouveau. Épitre de Paul à nos contemporains

Jean-François BENHASEL Président de la Synagogue de la rue Copernic à Paris, auteur de “Affronter le monde nouveau. Épître à Paul et nos contemporains”, Éditions Odile Jacob 2019

En partenariat avec l’AJCF de Lille

Lundi 21 sept. 2020 à 20h30
lesdominicains – entrée libre

_______________________

ICONOGRAPHIE

Avant de devenir une interprétation personnelle de l’artiste, qu’il soit enlumineur, peintre, sculpteur ou graveur, l’iconographie chrétienne est suscitée par une intention théologique, spirituelle et liturgique. Ce cours d’iconographie offre de découvrir le sens des chefs d’œuvres de notre patrimoine à la lumière des grands textes de la tradition chrétienne.

Les épîtres de saint Paul dans les arts

fr. Rémy VALLEJO Historien de l’Art

Jeudi 24 sept. 2020 à 18h30
lesdominicains – entrée libre

Attention 30 places maximum ! N’hésitez pas à vous inscrire

_______________________

Ré-ouverture de l’exposition PLIS D’ÉTERNITÉ – Noli me tangere

Samedi 20 juin 9-12h et 15h-18h
Dimanche 21 juin 15h-18h
Dimanche 28 juin 15h- 18h
Samedi 4 juillet 15h-18h
Dimanche 5 juillet 15h-18

Noli me tangere. Aux premiers instants de l’aurore d’un jour nouveau, l’adresse de Jésus à Marie-Madeleine dévoile un instant d’éternité dont nul ne peut saisir la réalité déicolore, tangible et suspendu : « ne me retiens pas. » L’oeuvre peint de Caroline Chariot-Dayez, au gré d’un incessant flux et reflux de plis, est une réalité théophanique. À l’image des fresques du dominicain fra Angelico dans le cloître recueilli du couvent san Marco à Florence, chacun des « plis d’éternité » sont un kaïros, un « moment favorable » pour accueillir au gré d’un rapt divin ce qui se manifeste dans le quotidien le plus ordinaire.

Le travail pictural de Caroline Chariot-est profondément influencé par l’oeuvre de Maurice Merleau-Ponty et, plus récemment, par les œuvres mystiques de Simone Weil.

Depuis plus de 15 ans, elle ne peint que des plis, transportée par leur beauté. Bien au-delà d’un « sujet », ils sont devenus pour elle comme un langage accordé à l’invisible.

Elle expose depuis une vingtaine d’années dans des galeries et des foires d’art contemporain à Bruxelles, Paris, Londres, New-York, mais privilégie depuis 10 ans les lieux de spiritualités, comme les églises Saint-Merri et Saint-Sulpice ainsi que le Couvent des dominicains de l’Annonciation à Paris, la Cathédrale de Bruxelles, le l’Église du Temple-Neuf à Strasbourg, les Abbaye de Maredsous et d’Orval…

Extraits du livre  d’or

Plis et replis de notre âme – Mon entrée en carême (au désert) commence aujourd”hui pour ma laisser habiter par la lumière. Merci !C. B.

Ces peintures me touchent au plus profond de mon être, là où je suis en relation avec l’autre et le Tout Autre. Une présence inondante et mystérieuse.  Merci de tout coeur.G. D.

Merci pour ce beau parcours qui permet à notre âme pèlerine de voyager dans ce qui se cache derrière ces plis somptueux. C’est une belle continuité qui fait suite à notre visite de l’expsoition Van Eyck à Gand.S . et J.-L. M.

La Pentecôte selon le Greco 7/7

Un mystère de bonté, de charité et de beauté

Cette ardeur créatrice est une vive flamme d’amour. Selon Louis de Grenade, la Pentecôte demeure un mystère de bonté, de charité et de beauté. En effet, “les lumières qu’ils eurent sur la bonté, la charité, la beauté de leur Dieu furent si vives, ils furent saisis d’un amour si ardent, qu’ils (…) se consumaient, ils mouraient en quelque sorte, à la pensée de la gloire de Dieu et du salut des hommes”. Loin de demeurer caché pour lui-même, c’est tout entier versé dans l’âme humaine que ce mystère de bonté se diffuse dans le monde. Bonum est diffusivum sui. La flamme qui dévore les disciples va “tous les jours gagnant du terrain jusqu’à ce qu’elle arrive aux extrémités de la terre. Ainsi, après avoir été embrasés eux-mêmes, les apôtres embrasèrent leurs frères, après avoir été enflammés, ils les enflammèrent, après avoir été sanctifiés par l’esprit du ciel, ils sanctifièrent à leur tour l’univers”. Dans l’ardeur de cette flamme, lumière, inspiration, souffle et illumination, sont à l’origine d’une nouvelle genèse qui du fond de l’âme atteint l’univers tout entier. Greco n’avait d’autre souci que de rendre témoignage au souffle de vie qui préside à la Pentecôte. 

La Pentecôte ou la naissance de l’homme “déicolore”

Au soir de sa vie, Le Greco n’a pas oublié l’art qu’il pratiquait dans sa jeunesse à Candie. En laissant pressentir la lumière qui nous touche jusqu’au fond de l’âme, Greco élève son ouvrage au statut d’icône. En effet, la Pentecôte du Greco devient un authentique lieu de révélation quand elle suggère le mystère de “la vive flamme d’amour” dans son dessein et sa matière, dans sa forme et sa couleur. L’oeuvre du Greco n’est donc pas une simple illustration de la vie de Jésus-Christ, de Marie et des saints. Car elle manifeste une présence jusque dans le corps de l’oeuvre d’art elle-même. Il s’agit de la présence de l’homme “déicolore”. L’homme qui, lorsqu’il consent à naître d’en haut, manifeste en sa chair la lumière véritable qui éclaire tout hommeen ce monde.