Evénements

SAISON 2019-2020 25 mars – l’Annonciation selon fra Angelico

Comme promis, nous prenons soin de vous adresser de petits messages, voire même une méditation autour d’une œuvre d’art, d’un texte de littérature, roman, prose ou poésie, de façon à ce que temps de confinement devienne aussi un temps de ressourcement.

Aujourd’hui, 25 mars 2020, jour de l’Annonciation, nous vous proposons de contempler l’œuvre peint de fra Angelico. Si vous en désirez en savoir plus sur peintre dominicain du Quatroccento, n’hésitez pas à envoyer un message à centre.lesdominicains@gmail.com

lesdominicains- 7 avenue Salomon – Lille – 03 20 14 96 96 

Couvent San Marco à Florence

En 1442, le frère dominicain Jean de Fiesole, dit fra Angelico, peint a fresco les cellules de son couvent san Marco à Florence. Chef-d’œuvre du Quatroccento, “L’Annonciation” de la cellule n°3 est une poésie spirituelle.

L’Annonciation selon fra Angelico

Aurore d’un jour nouveau, l’Annonciation n’est plus une salutation angélique, ni même une sainte conversation, mais une pure contemplation du mystère de la création. Inspirée de la tradition des pères, qui, tel Grégoire de Nysse, voit dans le Buisson ardent du Mont Sinaï une figure de Marie, l’Annonciation,offerte au regard de saint Pierre Martyr, révèle une âme diaphane saisie par la lumière de la Vie. Jamais l’art de la fresque n’a été élevé jusqu’à une telle transparence et n’a donné à la figure biblique autant de sens. Sous l’orbe d’un portique inondé de lumière, de la lumière du buisson qui brûle sans jamais se consumer, la maternité de Marie n’appartient déjà plus au temps, mais à l’éternité. La jeune fiancée se tient sur le seuil de sa cellule à l’écoute de la Parole de Dieu. Agenouillée et silencieuse, elle s’incline avec modestie, ramenant tout contre son cœur le livre encore entrouvert du prophète Isaïe : « Voici que la vierge concevra et enfantera un fils » (Is 7, 14). En l’espace d’un instant, comme enveloppée de lumière, jusqu’à devenir quasiment immatérielle au gré d’une délicate candeur, l’humble servante acquiesce et accueille en son âme un dessein conçu de toute éternité : « qu’il m’advienne selon ta parole » (Lc 1, 38). Grâce à la poésie de la Bible latine, son « fiat » consonne alors parfaitement avec le « fiat lux » du premier jour de la création lorsque Dieu dit « que la lumière soit » (Gn 1, 3). C’est alors que l’ange Gabriel, d’une beauté sans artifices, révèle par sa seule présence l’essence même de cette lumière : la clarté bienveillante de Dieu sur l’humanité, aux jours de la création comme aux jours de l’Incarnation.

_______________________

Fra Angelico

À l’aube du Quattrocento, lorsque la Renaissance baigne de sa lumière les terres de Toscane, l’œuvre peint de fra Angelico (1385-1455) bénéficie de la sève pleine de vie de la tradition dominicaine, dite de l’Observance, et offre sa plus belle floraison à Florence, dans le cloître du Couvent san Marco.

Fra Giovanni de Fiesole, dit fra Angelico est non seulement un maître dans le métier des arts du dessin et de la couleur, qui jamais ne cesse d’approcher l’idéal de la beauté prônée par les peintres Giotto (1266-1337), Lorenzo Monaco (1370-1324), Masaccio (1401-1428). Mais, c’est aussi et surtout un fils en religion de saint Dominique, qui, député par vocation à prêcher, est profondément enraciné dans la loi d’amour de charité qu’inspire l’Évangile. Si donc, parmi les prémices de la Renaissance florentine, fra Angelico rayonne d’une grâce particulière, c’est parce que dans ses miniatures, ses fresques et ses retables, tel l’ineffable Couronnement de la Viergedu Louvre, la beauté idéale se confond avec la Lex amorisexaltée par la tradition dominicaine. Hymne à la loi d’amour divin accomplie dans le Christ Jésus, le cycle peint de l’Armoire des ex-voto d’argent de la Santissima Annunziata, aujourd’hui conservé au couvent san Marco à Florence, représente le testament spirituel de fra Angelico. En effet, en véritable fils de saint Dominique, député à la prédication, fra Angelico contemple et transmet ce qu’il a contemplé : la naissance, l’enfance, la compassion, la passion, la mort et la résurrection du Christ Jésus.

D’après une sentence attribuée à fra Angelico par une chronique du XVIe siècle, « celui qui veut peindre le Christ doit toujours vivre avec le Christ. » Contrairement à ses frères, tels Jean Dominici (1355-1419) et saint Antonin de Florence (1389-1446), célèbres à Florence dans l’art de prêcher, aucun des sermons de fra Angelico n’a été pieusement collationné, mais, pour qui sait contempler, son œuvre peint est en soi un florilège spirituel, un « Hortulus animae », un véritable jardin de l’âme où Dieu se plaît à demeurer. Ayant vécu une longue et réelle intimité avec le Christ, ce fils de saint Dominique a su authentiquement exprimer la paix de Dieu et la faire rayonner. Selon le peintre Alfred Manessier (1911-1993), « peu d’hommes sont parvenus à cette paix ineffable et l’ayant vécue ont ainsi le droit de la dire. »

“Contempler et transmette ce qu’on a contemplé”

Communément appelé fra Angelico, Guido di Piero, entre en religion sous le nom de fra Giovanni et doit son surnom au frère Dominique Corella qui, dans son Theotocon, fait l’éloge du frère dominicain. Dans cet ouvrage dédié à Piero de Médicis en 1469, fra Giovanni est présenté et loué comme un « Angelicus pictor (…) pas moins grand par la réputation que Giotto et Cimabué. » Ce surnom qualifie non seulement le peintre, mais aussi le frère prêcheur qui, par son art, égale l’autorité de saint Thomas d’Aquin, le maître en théologie, honoré dès le XIVe siècle du titre d’« Angelicus doctor ». Dans la tradition dominicaine et scolastique, angelicusest bien plus qu’un simple titre, c’est un qualificatif qui désigne l’essence de l’ordo praedicatorum. En effet selon le frère Thierry d’Apolda (1228-1300), « l’ordre des prêcheurs est le plus semblable à l’ordre angélique ! En effet, il loue, il bénit, il prêche ; et c’est aussi, comme tout le monde le sait, l’office des anges. » Attaché à la tradition dominicaine, ce qualificatif ne tarde pas à devenir un hommage de la « vox populi ». Ainsi, dans sa Divine Comédie, Dante affirme que Dominique fut «par sa sagesse sur la terre, une splendeur de la lumière des chérubins » quand François, le pauvre d’Assise fut « toute ardeur séraphique ». Fra Giovanni, dit fra Angelico, incarne donc la vocation profonde d’un fils de saint Dominique qui, tel l’ange messager de Dieu, contemple et transmet ce qu’il a contemplé. Contemplare et contemplata aliis tradere.

frère Rémy Valléjo

SAISON 2019-2020 – suspension des activités

Pour le bien commun et le bien de tous, conformément aux directives gouvernementales, nous nous voyons dans l’obligation de suspendre les activités du centre lesdominicains jusqu’à nouvel ordre, pour faire face à la crise sanitaire qu’il nous faut traverser ensemble.   Soyez assurés que nous prenons à cœur de vous accueillir au centre lesdominicains quand ce sera à nouveau possible.

Prenez tous soin de vous et de vos proches.    les frères dominicains   lesdominicains – 7 avenue Salomon – Lille – 03 20 14 96 96 

DANS L’ATTENTE DE VOUS ACCUEILLIR À NOUVEAU 

Depuis le 16 septembre 2019, nous avons eu beaucoup de joie à vous accueillir au centre lesdominicains, dans le cadre d’une conférence, d’un atelier de lecture, d’un concert, une lecture-concert, d’une exposition comme celle des “Plis d’éternité” et même d’une pérégrination, comme celle accomplie récemment au béguinage de Courtrai.

Pendant six mois, se sont tissés des liens amicaux et fraternels au gré des rencontres et des échanges qu’ont suscités les différentes propositions et manifestations du centre lesdominicains.

Ce 16 mars 2020, jour de la suspension des activités du centre lesdominicains, nous ne vous oublions pas et nous pensons à votre solitude, voire votre inquiétude, pendant le temps de confinement qu’il nous faut vivre.

Ces jours prochains, nous prendrons donc soin de vous adresser de petits messages, voire même une méditation autour d’une œuvre d’art, d’un texte de littérature, roman, prose ou poésie, de façon à ce que temps devienne aussi un temps de ressourcement.

lesdominicains 

_______________________

Pas de messe dimanche 15 mars (jusqu’à nouvel ordre)

Chers amis,
En raison de l’interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes, la messe du dimanche 15 Mars est supprimée.
Nous vous recommandons la messe télévisée de nos amis du Jour du Seigneur !
Autres précisions à venir très prochainement.
Prions les uns pour les autres en ces temps troublés.
Fr. Yves et la communauté des frères dominicains

Retraite de Pâques / Jeunes Pros

À 15 minutes de la gare Lille Europe, dans un magnifique couvent classé “Patrimoine du XXe siècle”, profitez de 3 journées pour :
*vous ressourcer dans le silence du parc de 2 hectares,
*vous former en participant à la liturgie et aux enseignements des frères,
*vous nourrir des rencontres avec les autres retraitants et des différents services dans le couvent.

Jeunes Pros +23 ans + Logement et repas 90€
Contact : Frère Nicolas + nicolas.burle@gmail.com

Inscription en remplissant ce formulaire

Bonne année et semaine du 6 au 12 janvier 2020

En ces premières décennies du XXIe siècle, dans une société post-moderne, sécularisée et pluri-religieuse où tout se contredit et se parcellarise, le centre culturel « lesdominicains » a pour vocation de jeter des ponts entre les cultures en offrant à tous un lieu de rencontre et d’échange où la Parole s’incarne au quotidien.
lesdominicains – 7 avenue Salomon – Lille – 03 20 14 96 96

BONNE ET NOUVELLE ANNÉE 2020 !  
Au seuil de cette nouvelle année 2020,
nous vous présentons nos voeux, en vous souhaitant le meilleur
que vous puissiez espérer en ces temps contrastés.  

Tu es étonné que le monde périsse ? C’est comme si tu t’étonnais que le monde vieillisse. Il est comme l’homme : il naît, il grandit, il meurt. Oui, le monde vieillit, et ce ne sont partout que des gémissements d’opprimés. Mais réfléchis : n’est-ce donc rien que, dans la vieillesse du monde, Dieu t’ait envoyé le Christ pour te refaire quand tout se défait ? Le Christ est venu à l’heure où tout se défait pour te renouveler toi-même. Le monde créé, le monde institué, le monde destiné à périr incline vers son couchant. Mais le Christ est venu te consoler au sein de tes souffrances et te promettre un éternel repos.
Saint Augustin  
ICONOGRAPHIE
Ce cours offre de découvrir le sens des chefs d’œuvres de notre patrimoine à la lumière des grands textes de la tradition chrétienne.   

“L’Église et la Synagogue dans les arts du Moyen âge ”
Depuis l’époque carolingienne, l’Église et la Synagogue sont représentées par deux figures allégoriques qui, dans leurs traits et leurs attributs, évoluent tout au long du Moyen Âge au gré des commentaires du Cantique des cantiques et des Épîtres pauliniennes. Figures de la première et de la nouvelle Alliance, elles désignent toutes deux la Loi mosaïque et la foi dans le Christ, mais aussi le mystère de l’élection divine. C’est  l’interprétation polémique et dès lors controversée de ce mystère qui, du IXeau XVIesiècle, suscite l’iconographie éminemment constratée des figures de l’Église et la Synagogue.
fr. Rémy VALLÉJO Historien de l’Art,
Couvent des dominicains de Lille
Jeudi 9 janv 2020 à 18h30 lesdominicains – entrée libre
CONFÉRENCE  
Au-delà de la route des Indes : religions, philosophie et sagesse  

L’Opéra de Lille présente les « Pêcheurs de perles » de Georges Bizet, du 25 janvier au 6 février 2019. Au-delà de la pieuse imagerie religieuse d’une Inde rêvée par le XIXe siècle, les religions, les philosophies et les sagesses de l’Asie ne cessent d’inviter au voyage jusqu’aux confins de l’âme et de l’univers.  

“Hindouisme, un univers polymorphe”
En ces temps où la question du pluralisme religieux devient très problématique en Inde, comme le manifeste l’actualité politique indienne, il convient de redécouvrir l’univers polymorphe de l’Hindousime pour dépasser de trop simples jugements.  
fr. Franck GUYEN Institut catholique de Lille,
auteur de “Quand les religions font mal”, Éditions du Cerf 2018  
Lundi 13 janv. 2020 à 20h30  lesdominicains – entrée libre