Homélies

Connectez-vous !

Locus de contrôle interne

Dans la vie, je ne sais pas si vous avez remarqué, il y a des gens qui croient que tout dépend d’eux. Ils croient que leurs échecs et leurs succès dépendent des choix qu’ils ont posés. Pour Rotter, dans les années 1950, ces personnes ont un locus de contrôle interne. Ils croient que ce qui contrôle leur vie se trouve à l’intérieur d’eux. Souvent on dit que ces personnes sont de bons responsables, qu’ils prennent des initiatives, qu’ils prennent les choses en main…

Et bien ce discours de Jésus est pour eux.

Continuer la lecture

Enfants de la lumière

Homélie du frère Philippe Verdin – Mercredi 28 avril 2021

Pour vivre enfants de lumière, il nous faut laisser la lumière du Christ transparaitre dans notre vie. Le jour de notre baptême, nous sommes devenus fils et filles de la lumière. Nous sommes devenus – c’est incroyable ! – la lumière du monde. Il ne faut pas mettre cette lumière sous le boisseau.

Continuer la lecture

Devenir un bon convive à la Table de Dieu

Homélie du frère Franck Guyen – Vendredi 23 avril 2021

Chers amis, manger et boire constituent l’un des besoins physiologiques de base communs à tous les vivants dotés d’un corps. Dans nos sociétés occidentales qui bénéficient de la sécurité alimentaire, nous oublions à quel point ce besoin peut être pressant.

Continuer la lecture

De la vie éternelle

Homélie du frère Philippe Verdin – Mercredi 21 avril 2021

Une amie s’étonnait que les prêtres ne parlent presque plus de l’au-delà, de l’eschatologie, des fins dernières. Je lui répondis que parler de la mort n’est pas très populaire. Ça jette un froid. 

Nos pudeurs en l’occurrence sont un peu ridicules. Car, pour un chrétien, l’au-delà est synonyme de vie éternelle. La vie éternelle est au cœur du message et de la mission de Jésus. Nous l’avons entendu dans l’évangile : « Je suis venu en ce monde pour faire la volonté du Père ; et la volonté du Père, c’est que je ressuscite au dernier jour ceux qui croient en moi, et qu’ils aient la vie éternelle. »

Le Christ nous attire à lui. Saint Etienne, dont nous lisons ces jours-ci le martyr, voit le ciel ouvert. Nous aussi nous croyons que le ciel est ouvert : du ciel ouvert nous vient les échos d’une joie parfaite. C’est ce qu’a médité et contemplé saint Anselme que l’Eglise fête aujourd’hui : « Ce n’est pas toute cette joie qui entrera dans les bienheureux, mais ce sont les bienheureux qui entreront tout entier dans cette joie du Seigneur. Ils se réjouiront autant qu’ils aimeront et ils aimeront autant qu’ils connaitront. » La vie éternelle, c’est donc plonger, barboter dans la joie de Dieu ! 

Saint Anselme, à propos de la vie éternelle, regarde avec envie le protomartyr saint Etienne : 

« Tu te reposes dans la mort, heureux. Dans cette joie tu te réjouis de ton repos. Tu es glorifié et comblé, tu es rassasié dans la gloire. Ton âme a eu soif du Dieu de vie : tu es venu à lui et tu bois au torrent de son amour, autant que tu veux, comme tu veux, aussi longtemps que tu veux. » et Anselme continue à propos de saint Etienne, en éclairant notre évangile qui proclame : « celui qui croit en moi n’aura plus jamais soif » : « Toujours assoiffé au paradis, toujours tu bois, parce qu’il te plait toujours de boire et que jamais tu n’en es lassé. Tu ne bois pas pour te rassasier comme celui qui ne l’est pas encore, mais tu bois toujours pour que dure toujours la satiété que déjà tu possèdes. Toujours tu désires ce que toujours tu as, ce que tu es toujours certain de toujours avoir. Oui sans cesse, avec délice, tu désires ce délicieux désir ; toujours tu bois d’une délicieuse ardeur ce désir avec une copieuses satiété. »

Comme saint Etienne, comme saint Anselme, avec tous les bienheureux du ciel, recevons maintenant, dans l’eucharistie, la promesse de notre satiété joyeuse, amoureuse et éternelle.

Touché !

Homélie du frère Nicolas Burle – 2e Dimanche de Pâques

Frères et sœurs,

À votre avis, est-ce qu’il l’a fait ? Est-ce qu’il a obéi ? Et vous, l’auriez-vous fait ? Auriez-vous obéi au Seigneur ? Qui pense que saint Thomas a avancé sa main et la mise dans la blessure du côté du Christ ? Qui pense plutôt que la simple vision des blessures dans les mains et le côté a suffi ? Nous pourrions poser la même question au sujet des disciples d’Emmaüs : pensez-vous que la vue du Seigneur partageant le pain a suffi à le reconnaître ou est-ce qu’il leur a fallu prendre le pain, devenu le corps du Christ, et le manger pour enfin le reconnaître ?

Dans les deux cas, l’évangile ne donne pas la réponse. Il nous faut interpréter et cette interprétation dit beaucoup de notre façon de considérer la foi. Dans votre vie, et particulièrement dans votre vie de foi, êtes-vous plutôt présentiel ou distanciel ?

À distance, il est possible de voir et de parler. Pourquoi donc faudrait-il être présent ? Je connais des gens qui trouvent que les cours sont mieux en visio : on s’exprime plus facilement devant un ordinateur que dans une salle de cours. Ils ont raison, à distance on est à l’abri. C’est dangereux de s’approcher de quelqu’un… Vous vous rendez compte, il peut vous arriver quelque chose de grave. Les apôtres, eux, ont trouvé la solution. Ils se sont enfermés par peur des Juifs. Mais malgré les portes closes, Jésus, lui, s’est approché d’eux. Il a même soufflé sur eux l’Esprit saint. On se dit : ça y est, c’est parti ! Mais non, ça c’était la semaine dernière. Ce dimanche, ils sont encore enfermés par peur de la mort. Le ressuscité leur est apparu, celui qui a vaincu la mort leur est apparu, ils ont la foi mais ils ont encore peur de la mort. Vous trouvez cela sérieux des croyants qui ont tellement peur de la mort qu’ils ont préféré cesser de vivre ? Ce n’est pas à nous que cela arriverait une chose pareille évidemment.

La semaine dernière, pendant la mâtine pascale, frère Yves vous a parlé des apôtres qui ont vu le tombeau vide et de Marie-Madeleine qui nous a fait respirer le doux parfum du Christ. Frère Rémy à la messe du jour de Pâques vous a parlé de la voix du Seigneur qui, avec son intonation unique, a bouleversé le cœur de Marie-Madeleine. Vue, odorat, ouïe. Cette semaine, je vais donc vous parler du toucher et du goût.

Parce que rien ne peut remplacer la présence réelle. Il ne suffit pas de venir à la messe pour voir la belle église et pour entendre la Parole de Dieu et les jolis chants. Il ne suffit pas de respirer le parfum d’encens. Il faut toucher et goûter. Et donc il faut se laisser toucher par la présence réelle du Christ. Car le toucher est le seul des cinq sens qui est réciproque. Je peux voir sans être vu mais je ne peux pas toucher sans être touché. C’est pourquoi je crois que saint Thomas a vraiment touché le corps du Christ, les blessures du Christ, et que c’est pour cette raison qu’il peut proclamer la foi parfaite : « Mon Seigneur et mon Dieu. ». Il n’y a pas de vraie foi sans présence réelle parce qu’il n’y a pas d’amour véritable sans présence réelle. L’amour à distance, cela revient à se mettre à distance de l’amour.

Dans le sacrement de l’Eucharistie, Dieu nous a donné le moyen de le toucher et d’être touché par lui. Si nous pensons que le corps et le sang du Christ sont simplement une image, une représentation, une façon de dire, nous nous tenons à distance. Nous ne laissons pas la vie du Christ ressuscité nous toucher, entrer au plus intime de notre être pour le transformer. Nous raisonnons mais nous ne goûtons pas. La présence réelle du Christ dans l’eucharistie ne signifie pas recevoir Jésus dans mon estomac ou saisir par ma raison raisonnante quelque chose du mystère mais me laisser saisir par la vie du Christ ressuscité qui entre réellement dans tout mon être, dans toute ma vie pour me donner la vie éternelle, la vie en abondance.

Dans les sacrements, nous touchons Dieu et Dieu nous touche.
Alors nous comprenons qu’il faut faire un saut pour être un croyant.
Voir ne suffit pas. Écouter ne suffit pas. Sentir ne suffit pas.
Toucher même ne suffit pas. Il faut se laisser toucher et goûter la présence.
La foi parfaite ne vient pas du toucher de la main mais du cœur touché par Dieu.
La foi parfaite, celle de Thomas qui s’écrie devant Jésus : « Mon Seigneur et mon Dieu »
La foi parfaite, celle de nous tout chrétien à chaque fois que nous recevons le corps du Christ et que nous répondons en vérité : « Amen ! »