Homélies

Le temps et la moutarde

Homélie du frère Maurice Billet – Dimanche 13 juin 2021

Depuis lundi dernier jusqu’à la fin du mois de novembre nous sommes entrés dans le temps ordinaire, de temps de l’église. La couleur liturgique est le vert. L’église se met au vert. Retenons que l’adjectif vert vient d’un mot latin qui signifie la force, la vigueur. C’est la couleur dominante de la nature.

Continuer la lecture

Assimiler et être assimilé

Homélie du frère Franck Guyen – Solennité du Saint-Sacrement 6 juin 2021

Aujourd’hui, nous nous retrouvons ensemble à la messe dans le couvent dominicain de Lille (France). Vos voisins ont fait de même à l’église de Notre-Dame de Pellevoisin toute proche. Et ces rassemblements dominicaux se reproduisent un peu partout en France, en Europe et en Afrique. Ailleurs, vers l’est, l’Asie et l’Australie ont déjà célébré la messe tandis qu’à l’ouest les Amériques vont se lever pour s’y préparer.

Continuer la lecture

Dieu, mes excuses et moi

Homélie du frère Raphaël de Bouillé – Dimanche de Pentecôte 23 mai 2021

Il y a, frères et sœurs, quelque chose d’étonnant dans cette fête de Pentecôte, où le Christ répand son Esprit sur son Eglise, pour lui donner sa sainteté, son élan et ses ministères. Vous l’avez peut-être remarqué, il y a à Jérusalem des juifs pieux de toute la terre connue, Parthes, Mèdes, Elamites, des crétois, arabes, romains, grecs. Ce sont des héros. Ces juifs avaient pour la plupart quatre mois de voyage aller-retour pour aller à Jérusalem : je vous invite à imaginer le trajet à pied, pour aller de l’Iran actuelle, la Grèce ou la Libye, et rejoindre Jérusalem. Ils sont partis avant Pâque, ils renteront fin juillet. Paul ou Barnabé, juifs de Tarse ou de Chypre, faisaient ce type de voyage, des voyages sans fin. 

Continuer la lecture

L’amour, ah l’amour.

Homélie du frère Franck Guyen – Vendredi 21 mai 2021

L’amour, ah l’amour. Que ne nous fais-tu pas faire ? Mais que ferions-nous sans toi ? L’amour, une réalité mystérieuse. On n’a pas cessé d’en parler de génération en génération, et pourtant il sonne toujours nouveau dans la bouche de deux personnes qui s’aiment [À mon avis, persévérer dans un amour à sens unique relève plus de l’obstination que de l’amour véritable].

Continuer la lecture