Nous avons une famille

Homélie de la sainte Famille – Dimanche 29 décembre 2020 – frère Benoît Ente

Chacun d’entre nous, nous avons une famille. Le temps que vous lui avez accordé à Noël ou au cours de cette année 2019 montre l’importance pour vous de cette famille. Et même si, vous avez décidé de couper les ponts avec elle, le poids de cette décision, le manque qu’elle crée montre la place que la famille occupe dans notre cœur. Et même ceux qui comme on le dit trop rapidement n’ont pas de famille parce qu’ils sont orphelins ou parce qu’ils ont été élevés en foyers, ceux là consacrent une partie de leur vie à retrouver leur famille. La famille fait partie de notre vie, de notre ADN. Elle est comme la terre dont la plante a besoin pour vivre.

Aujourd’hui, l’Eglise nous donne à contempler une bien étrange famille. Un père qui n’est pas le père biologique et qui est à deux doigts de répudier son épouse. Une mère qui est la seule femme dans l’histoire de l’humanité à avoir conçu un enfant sans homme. Une naissance dans une précarité extrême, à l’endroit où mangent et dorment les bêtes, où nous imaginons sans peine que les conditions d’hygiène et de sécurité n’étaient pas totalement réunies. Puis, un être mystérieux apparaît dans les rêves de Joseph pour le prévenir d’un danger. Immédiatement, toute la famille émigre sans visa pendant la nuit dans un pays qui n’a pas la même religion. Et nous pourrions encore continuer la liste des bizarreries de cette famille.

Décidément, nous sommes loin du modèle familial que nous pourrions avoir en tête avec un papa, une maman, des enfants et une maison tranquille. Et c’est plutôt une bonne nouvelle pour nous, car cette surprenante famille de Jésus rejoint les familles d’aujourd’hui décomposées, recomposées, toujours en mouvement.

Alors finalement, qu’est-ce qu’une famille ? Et qu’est-ce qui fait qu’elle est sainte ? 

Une famille, c’est un réseau de relations qui relient des personnes de manière particulièrement forte. Des personnes sur qui on peut compter en particulier quand nous traversons une épreuve. Des personnes engagées les unes envers les autres. 

Joseph aurait pu se dire, cela commence à être dangereux cette histoire, je prends mes cliques et mes claques et je m’en vais. Eh bien non, il reste fidèle, il assume et il fait face jusqu’au bout. Marie et l’enfant ont pu compter sur son soutien devant la menace d’Hérode. De même Joseph a pu compter sur la confiance de Marie quand il lui a parlé de son étrange rêve et qu’il a décidé de quitter précipitamment le pays dans la nuit. C’est justement dans l’épreuve que se vérifient et se forment les liens familiaux, ce qui unit les êtres et que nous appelons amour.

Pour vivre de cet amour, Marie et Joseph ont un secret qui leur a permis justement de surmonter l’épreuve et d’oser partir à l’aventure. Dans leur famille, il y a un membre particulier, un membre qu’on ne voit jamais et que Jésus appellera plus tard Père ou même parfois Abba, Papa. Ce membre ne s’impose pas. Il est comme une pièce rapportée qui se tient à la porte et à qui l’on accorde une place si on le veut bien. Ce membre, Marie et Joseph savent qu’ils peuvent compter sur lui. Ils savent qu’Il leur parlent, les guide, parfois en songe, parfois par leur conscience, par la parole d’un ami ou encore par celle des Écritures.

Et c’est peut-être cela qui fait la sainteté d’une famille. Là où Dieu est présent, qu’il soit nommé ou pas. Là où sa parole est écoutée quelle qu’en soit la manière. Et là où sa volonté est accomplie. C’est ainsi que Jésus désigne sa propre famille. Ma mère, mes frères, mes sœurs sont ceux qui accomplissent la volonté de Dieu. La sainte famille est sainte parce que Dieu y est présent, à une place de choix. Et ici, doublement. Dans l’esprit de Marie et de Joseph, qui ont foi au Dieu de leur Père. Et dans le ventre de Marie, où l’enfant-Dieu déjà illumine et guide ceux qui lui font une place. 

Aujourd’hui, frères et sœurs, où est-elle la sainte famille sinon juste à côté de vous ? Au milieu de cette communauté d’hommes et de femmes engagés les uns envers les autres par la parole que nous a laissée Jésus. Cette parole que nous écoutons dimanche après dimanche, jour après jour. Une parole faite chair, que nous mangeons ensemble autour de la même table. Frères et sœurs, que cette famille appelée Église soit notre force pour aller de l’avant, affronter nos épreuves et goûter à la joie de devenir enfants de Dieu. Amen. 

Aujourd’hui, l’Eglise nous donne à contempler une bien étrange famille. Un père qui n’est pas le père biologique et qui est à deux doigts de répudier son épouse. Une mère qui est la seule femme dans l’histoire de l’humanité à avoir conçu un enfant sans homme. Une naissance dans une précarité extrême, à l’endroit où mangent et dorment les bêtes, où nous imaginons sans peine que les conditions d’hygiène et de sécurité n’étaient pas totalement réunies. Puis, un être mystérieux apparaît dans les rêves de Joseph pour le prévenir d’un danger. Immédiatement, toute la famille émigre sans visa pendant la nuit dans un pays qui n’a pas la même religion. Et nous pourrions encore continuer la liste des bizarreries de cette famille.

Décidément, nous sommes loin du modèle familial que nous pourrions avoir en tête avec un papa, une maman, des enfants et une maison tranquille. Et c’est plutôt une bonne nouvelle pour nous, car cette surprenante famille de Jésus rejoint les familles d’aujourd’hui décomposées, recomposées, toujours en mouvement.

Alors finalement, qu’est-ce qu’une famille ? Et qu’est-ce qui fait qu’elle est sainte ? 

Une famille, c’est un réseau de relations qui relient des personnes de manière particulièrement forte. Des personnes sur qui on peut compter en particulier quand nous traversons une épreuve. Des personnes engagées les unes envers les autres. 

Joseph aurait pu se dire, cela commence à être dangereux cette histoire, je prends mes cliques et mes claques et je m’en vais. Eh bien non, il reste fidèle, il assume et il fait face jusqu’au bout. Marie et l’enfant ont pu compter sur son soutien devant la menace d’Hérode. De même Joseph a pu compter sur la confiance de Marie quand il lui a parlé de son étrange rêve et qu’il a décidé de quitter précipitamment le pays dans la nuit. C’est justement dans l’épreuve que se vérifient et se forment les liens familiaux, ce qui unit les êtres et que nous appelons amour.

Pour vivre de cet amour, Marie et Joseph ont un secret qui leur a permis justement de surmonter l’épreuve et d’oser partir à l’aventure. Dans leur famille, il y a un membre particulier, un membre qu’on ne voit jamais et que Jésus appellera plus tard Père ou même parfois Abba, Papa. Ce membre ne s’impose pas. Il est comme une pièce rapportée qui se tient à la porte et à qui l’on accorde une place si on le veut bien. Ce membre, Marie et Joseph savent qu’ils peuvent compter sur lui. Ils savent qu’Il leur parlent, les guide, parfois en songe, parfois par leur conscience, par la parole d’un ami ou encore par celle des Écritures.

Et c’est peut-être cela qui fait la sainteté d’une famille. Là où Dieu est présent, qu’il soit nommé ou pas. Là où sa parole est écoutée quelle qu’en soit la manière. Et là où sa volonté est accomplie. C’est ainsi que Jésus désigne sa propre famille. Ma mère, mes frères, mes sœurs sont ceux qui accomplissent la volonté de Dieu. La sainte famille est sainte parce que Dieu y est présent, à une place de choix. Et ici, doublement. Dans l’esprit de Marie et de Joseph, qui ont foi au Dieu de leur Père. Et dans le ventre de Marie, où l’enfant-Dieu déjà illumine et guide ceux qui lui font une place. 

Aujourd’hui, frères et sœurs, où est-elle la sainte famille sinon juste à côté de vous ? Au milieu de cette communauté d’hommes et de femmes engagés les uns envers les autres par la parole que nous a laissée Jésus. Cette parole que nous écoutons dimanche après dimanche, jour après jour. Une parole faite chair, que nous mangeons ensemble autour de la même table. Frères et sœurs, que cette famille appelée Église soit notre force pour aller de l’avant, affronter nos épreuves et goûter à la joie de devenir enfants de Dieu. Amen.