Angelus

Homélie du frère Nicolas Burle – 4e Dimanche de l’Avent 20 décembre 2020

Frères et sœurs, 
On raconte une histoire, vraie, chez les Dominicains. C’était il y a plus de 80 ans. Le frère Martin, frère intendant du couvent, surnommé le frère aux vaches, donna ses instructions au Père Chenu, régent des études, avant son départ pour aller chercher l’emplacement du nouveau couvent d’études en France. Il lui expliqua tout ce qui était nécessaire lorsqu’on veut fonder un couvent : les vaches, la haute tension, les raccommodeuses… Au milieu de tous ces détails matériels, sans prendre un autre ton et d’autres mots, il lui dit : – En arrivant, vous commencerez par réciter l’Angélus.
– Pourquoi donc ?
– Parce que c’est par là que tout a commencé.

Connaissez-vous la prière de l’Angélus ? La cloche du couvent la sonne trois fois par jour, matin, midi et soir. Nous la récitons à chaque messe en semaine depuis le début de l’Avent. Une prière toute simple : trois versets de la Bible et trois Je vous salue Marie. Mais derrière cette simplicité, comme toujours dans la Bible, se cache une immense profondeur.

L’ange du Seigneur porta l’annonce à Marie. Et elle conçut du saint Esprit.” Toute la puissance du Saint Esprit contenue dans une parole. Toute l’initiative divine contenue dans un mouvement. Si les religions et les philosophies du monde affirment, avec raison, que l’homme cherche Dieu. L’évangile que nous venons d’entendre affirme l’exacte inverse : c’est Dieu qui cherche l’homme. C’est lui qui est venu et qui vient en personne dans notre monde à la rencontre des hommes perdus qui ne le cherchent même plus. ”Adam, où es-tu ?” Nous pourrions lire toute la Bible comme la réponse du Fils à la question du Père : ”Adam, où es-tu ?”, ”Père, en tes mains, je remets mon Esprit.” C’est Dieu qui a pris et qui prend chaque jour l’initiative de la rencontre. Car toute grande histoire commence par une invitation au voyage.

”Je suis la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole.” Un des plus beaux mots de la langue française est le mot consentement, le verbe consentir. Se résigner, jamais ! Mais consentir, vouloir ce qui nous est présenté. Je n’ai pas choisi de naître certes. Mais, un jour, il convient de consentir à la vie qui m’a été offerte. Nous pourrions lire toute la Bible comme la préparation de cette nouvelle Ève, figure de l’humanité qui correspond enfin au dessein de Dieu. Marie, la servante du Seigneur, celle qui a dit le premier oui de l’histoire de l’humanité. Non pas un ”oui mais”, ”un oui, peut-être” ou un ”oui sous conditions” mais un oui franc et massif en réponse à la Parole de Dieu. Car il s’agit de se jeter à l’eau et non de se garder à l’abri. Il s’agit de se donner et non de se prêter. Oui ! Non pas selon ma parole, mais selon ta parole. Sur ta parole, je te dis oui. Car toute grande histoire contient un oui en son cœur. 

”Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous.” Qu’advient-il lorsqu’une personne dit enfin oui au Seigneur ? Un fruit. Nous pourrions lire toute la Bible comme l’histoire de ce fruit qui a été volé par Adam et Ève mais qui est enfin reçu par Joseph et Marie. Le fruit de vos entrailles est béni parce que l’on ne reçoit un cadeau qu’en ouvrant les mains. Un fruit bien concret : une personne que nous pouvons voir, que nous pouvons entendre, que nous pouvons rencontrer. Qu’advient-il lorsqu’un chrétien dit enfin oui au Seigneur ? Alors le Christ se manifeste dans notre monde dans une personne que nous pouvons voir, que nous pouvons entendre, que nous pouvons rencontrer. 

Regardez cette église. Avez-vous déjà remarqué que la voute ne repose que sur dix piliers ? Elle est comme une tente. « Regarde ! J’habite dans une maison de cèdre, et l’arche de Dieu habite sous un abri de toile ! » Cette maison que Dieu lui-même a promis à David, c’est celle que saint Jean dévoilera dans son évangile  : le corps du Christ. ”Et le Verbe s’est fait chair et il a planté sa tente parmi nous.” Il existe donc un lieu pour Dieu dans notre monde. Cette tente qui nous abrite. Mais aussi cette tente que nous sommes et qui abrite le Seigneur quand nous allons communier.

Frères et sœurs, dans notre assemblée se trouvent des fidèles très spéciaux et je vous demande de prier pour eux aujourd’hui. Ce sont les volontaires Dom&Go qui vont partir en mission en Zambie, au Zimbabwé et en Egypte. Et ceux qui sont rentrés de mission à Cuba et aux îles Salomon. Mystérieusement, la voix du Seigneur a murmuré un jour en eux une invitation au voyage. Plus mystérieusement encore, au cœur du cœur ils ont un jour dit oui. Et voici le fruit : le Christ part en mission en eux au bout du monde.

Chers volontaires Dom&Go,
En arrivant, vous commencerez par réciter l’Angélus.
– Pourquoi donc ?
– Parce que c’est par là que tout a commencé.

Amen