Homélies

Ouvre-toi ! 🗓

duboisPour le 23e dimanche ordinaire, par le frère Franck Dubois
Sur Mc 7,31-37

 

Soupir…. Il y a de quoi soupirer parce que c’est la rentrée. Il va falloir s’y remettre, au travail, à l’école, soupir aussi en regardant l’actualité et en constatant que, non, ça ne va pas mieux. Et Jésus aujourd’hui soupire avec nous. Peut-être que lui aussi aspire à une pause, un répit. Mais le repos de Dieu n’est pas encore arrivé. Tant que des hommes souffriront sur terre, Dieu sera à l’œuvre. Son Sabbat attendra.

Jésus soupire auprès du sourd muet, car il en a assez de voir la déferlante des misères. Un malheureux de moins, pour lui tout a changé, mais qu’est ce qu’un sourd muet en moins face à ces foules de miséreux qui attendent encore qu’une bonne fois Dieu prenne pour eux sa revanche sur leur mal. Continuer la lecture

Homélie pour les professions solennelles en la fête du martyre de St Jean-Baptiste 🗓

Par le frère Michel Lachenaud, o.p., prieur provincial de France

Retable d'IssenheimMathias Grünewald, dans son retable de Colmar, campe Jean Baptiste aux pieds du Crucifié. Jean Baptiste est tout entier dans cet index prophétique tendu vers Jésus « l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde », mais tout son ministère ne se réduit pas à ce signe gestuel, ni même au signe verbal qui l’accompagne. Le témoignage de Jean culmine dans son martyre. Par sa parole et par sa vie Jean éveille la foi d’Israël au Messie qui vient, qui est là parmi eux, Lui qui apporte la vie en plénitude. Cette mission du Précurseur est aujourd’hui la vôtre, mes frères, vous qui avez décidé d’être comme Jean des envoyés de Dieu pour préparer les hommes à être disponibles à le rencontrer.

Continuer la lecture

Homélie du jour de Noël

IMG_0131
Crèche du couvent de Lille

Frères et sœurs, si les lectures de la messe de la nuit ont dû faire la joie des enfants et de leurs parents, et plus largement de chacun de ceux qui ont gardé une âme d’enfant, j’ai le sentiment que celles de la messe du jour doivent nous paraître à tous quelque peu austères : on est en effet passé de l’enfant de la crèche au Seigneur des cieux, contemplé depuis son origine et avant même la création du monde. Continuer la lecture